LE JOYAU MILLÉNAIRE DE L’AFRIQUE DE L’EST, L’ENCENS

L'une des plus anciennes matières premières aromatiques au monde, l'Encens, également appelé oliban, est né dans l'actuel sultanat d'Oman et plus précisément dans le gouvernorat de Dhofar (sa région sud à la frontière du Yémen). 

Les arbres du genre Boswellia, notamment Boswellia sacra (ou carteri) et serrata, ont donné aux hommes cette gomme-résine qui exude de son tronc depuis la nuit des temps !

Bien avant que les rois mages n'apportent de l'Encens à l'enfant Jésus, (accompagné de myrrhe et d’or), celui-ci a toujours été un ingrédient divin : de nombreuses civilisations anciennes l'utilisaient lors de leurs rituels religieux, sa fumée sacrée étant considérée comme un moyen d'atteindre les dieux.

Autrefois considéré comme valant plus cher que l'or, l'histoire raconte que la reine de Saba transporta la précieuse résine en caravane depuis son pays (l'actuelle Éthiopie) pour la remettre au roi Salomon.

L'essence d'Encens et son résinoïde possèdent tous deux des facettes boisée, résineuse, balsamique et épicée, qui ont fait de sa senteur mythique un des chefs de file des parfums orientaux. Les parfums Olfactive Studio tels que Woody Mood, Chambre Noire, Ombre Indigo et Autoportrait contiennent tous cet ingrédient puissant.

Plongez donc dans l'univers olfactif des mille et une nuits avec cette matière première légendaire...

UNE MATIÈRE PREMIÈRE PUISSANTE DEPUIS TOUJOURS

Quand nous disons que l'Encens est puissant, nous savons de quoi nous parlons ! Voyons, connaissez-vous un autre ingrédient qui existe depuis toujours

Laissez-nous vous expliquer : Les Égyptiens l'utilisaient, les Grecs l'utilisaient, les Romains l'utilisaient, toutes les religions, du christianisme au bouddhisme, l'utilisent, même les athées adeptes de la méditation l'utilisent, et nous l'utilisons évidemment encore aujourd'hui en parfumerie ! Pas encore convaincu d'une telle puissance ? Un ingrédient partagé par les cultures humaines depuis des millénaires et toujours l'un des plus reconnus ! C'est plutôt puissant, tout même. 

Vous savez ce qui est fou ? L'Encens fait toujours partie des cinq huiles essentielles les plus vendues sur le marché international, sur les plus de 90 sortes distinctes qui sont disponibles. Et c'est évidemment la plus citée de toutes dans la littérature ! Autrefois plus populaire pour sa résine, son huile essentielle a maintenant pris le relais et mène les ventes dans le monde entier.


"PARDON MY FRENCH"

L'Encens, comme vous le savez peut-être, est aussi appelé " frankincense " en anglais (franc-encens en français). D'où vient cette autre appellation, franchement ? Il se trouve qu'en vieux français, "franc encens" était utilisé pour désigner un Encens de premier choix, de la plus haute qualité. À l'époque, le mot "franc" signifiait aussi "non mélangé, pur". 

Cette matière première était manifestement utilisée avant même l'existence de la nation française. En grec ancien, l'Encens était appelé λίβανος "líbanos" qui a la même dérivation linguistique que le mot "liban", ainsi qu'en latin (lĭbănus). Cette étymologie commune vient du fait que le commerce des épices passait par le Mont Liban

Plus tard, à l'époque médiévale, le mot Olibanum (Oliban) est apparu en latin à partir de libanus. Le mot "encens" trouve également son origine dans le mot latin incendere, qui signifie "brûler" (en référence à son usage cérémoniel).

UN COFFRE AUX TRÉSORS EN ÉCORCE !

Vous devez vous demander quel est exactement ce produit extraordinaire, et comment ce joyau bien caché est extrait de son écrin ?  Tout d'abord, la résine est exclusivement produite par des arbres mâles, et la méthode de récolte est nommée "entaillage" ou "élagage" de l'arbre. Pour ce faire, une incision est pratiquée dans l'écorce de l'arbre pour atteindre la gomme-résine contenue, et qui exsude de l'arbre sous forme de gouttes épaisses

L'Encens blanc, de meilleure qualité, est récolté à l'automne après que l'entaillage ait été effectué en été. L'Encens rouge, de qualité inférieure, est récolté au printemps suivant, après que les arbres aient été entaillés en hiver. Les gouttes odorantes ne sont récoltées que lorsqu'elles sont sèches, au cours des semaines suivantes.

Tout comme nous, les humains, devenons plus sages en vieillissant (certains d'entre nous du moins), la résine de l'arbre devient meilleure avec l'âge.

Malgré leurs origines omanaises, la culture et la récolte des arbres à Encens ont lieu principalement en Somalie, au Yémen, au Soudan et en Éthiopie de nos jours.

UNE BRÈVE HISTOIRE DE L'ENCENS

AVANT L'ÈRE COMMUNE...

Partons pour un voyage dans le passé et permettez-nous de vous ramener dans l'Antiquité, en 5000 avant J.-C., pendant le commerce des épices qui transportait l'encens du sud de l'Arabie (Dhofar) vers la Mésopotamie et l'Égypte par terre et mer.

Le plus ancien brûleur d'Encens, à avoir été découvert jusqu'à présent, date de 3500 avant notre ère et a été retrouvé dans un temple près de Mosul, dans l'Irak actuelle.

En l'an 2000 avant notre ère, pendant toute la période de la route de la soie, l'Encens était donc déjà échangé à travers la péninsule arabique (Koweït, Oman, Qatar, Arabie saoudite, Émirats arabes unis, Yémen) et la péninsule somalienne (Corne de l'Afrique en Afrique de l'Est). La route de l'Encens transportait la résine par caravanes du sud au nord le long du littoral de la mer Rouge.

L'ancienne reine égyptienne Hatchepsout construisit vers 1470 avant notre ère un temple entouré d'arbres à Encens et à Myrrhe, et de l'huile essentielle d'Encens fut également trouvée dans la tombe du pharaon Toutankhamon en 1323 avant notre ère. Surprenant ? Pas tant que ça, car les Égyptiens ont régné sur la Méditerranée pendant près de 3000 ans et étaient particulièrement friands de cette matière première aromatique. Ils l'utilisaient pour purifier les corps pendant le processus de momification, et comme offrande à Râ, le dieu du soleil.

L'Oliban a connu son âge d'or en 500 avant J.-C., époque à laquelle les Romains, les Grecs et les Perses émettaient une demande colossale de cette matière première. On pense que Rome a importé jusqu'à 3 millions de kilogrammes d'Encens d'Arabie du Sud ! Cette marchandise précieuse traversait la ville antique de Petra, où vivaient les Nabatéens, et son désert voisin, le Wadi Rum.

...ET PENDANT L'ÈRE COMMUNE 

Ce n'est autre que le délicat Encens omanais qui aurait été offert au Christ par les Rois Mages à l'occasion de sa naissance.

L'Encens est cité dans Naturalis Historia écrit par Pline l'Ancien en 77 de notre ère (le plus grand écrit qui subsiste de l'Empire romain). Il fit son chemin vers l'Europe occidentale avec l'aide des croisés (comme beaucoup d'épices odorantes) parmi d'autres voyageurs européens, qui furent chargés de le ramener à l'Église catholique.

En Extrême-Orient et en Chine, les hommes utilisaient également l'Encens depuis des millénaires, mais ils employaient initialement un encens qui leur était propre, composé de plantes telles que la casse, la cannelle, le styrax et le bois de santal. L'Encens aurait atteint Hong Kong en 695 de notre ère. Son utilisation était et demeure liée directement au bouddhisme.

Vous voulez connaître une anecdote amusante ? L'étymologie du nom de la ville de Hong Kong signifie "port parfumé" ou "port de l'encens", et fait référence aux usines côtières qui traitaient le produit importé.

À la fin du XIIIe siècle, l'explorateur et marchand vénitien Marco Polo se rendit dans l'ancienne ville de Zafar, un port florissant à l'époque, situé sur l'actuel site archéologique d'Al-Baleed (région du Dhofar). Il écrit "On y trouve de l'encens blanc, fort et bon, et en abondance" dans son ouvrage remarquable Les Voyages de Marco Polo

De nos jours, la demande d'Oliban n'a jamais cessé, car il occupe une place importante dans la plupart des cultures du monde, et c'est un ingrédient polyvalent qui peut être appliqué à de nombreux domaines (parfumerie, aromathérapie, cuisine, médecine, spiritualité).

L'ENCENS DANS LES PARFUMS OLFACTIVE STUDIO

WOODY MOOD

Woody Mood possède un départ hespéridé, et épicé à la fois, avec la fraîcheur acidulée de la Bergamote (Citrus bergamia). Très épicé et aromatique, on sent la facette poivrée du Gingembre (Zingiber officinale), et le côté fruité du Safran (Crocus sativus). C’est la Sauge Sclarée (Salvia sclarea) avec ses airs de lavande qui donne la facette aromatique à la tête du parfum. La tête de Woody Mood s’estompe vite, laissant place à un cœur tout en douceur.

En cœur, le tout est très boiséL’Encens (Boswellia carteri) est bien présent avec sa facette boisée-résineuse, l’accord Séquoïa évoque les forêts de ces immenses conifères, poussant en Californie du Nord, à la senteur boisée-résineuse avec des notes terreuse et aromatique (odeur proche du cyprès). C’est le TNoir (Camellia sinensis) qui procure cet aspect thé, relevé par la facette earl grey de la Bergamote en tête. L’accord Nard Jatamansi (Nardostachys jatamansi) apporte au cœur une note hebacée-aromatique et terreuse (les rhizomes sont rarement distillés pour obtenir l’huile essentielle).

L’ensemble a du volume, on sent vite le fond, car les notes présentes sont principalement des notes de fond. Dans ce dernier on ressent bien le côté poussiéreux-terreux du Patchouli (Pogostemon cablin), ainsi que le Styrax (Liquidambar orientalis). Cette matière première balsamique possède des facettes cinnamique et florale, participant au côté floral opulent que nous percevons dès le cœur. Notons que le Styrax est utilisé dans les notes cuir pour sa facette du même nom, ainsi il agrémente l’accord Cuir qui rappelle un beau cuir lisse.

Woody Mood est un parfum très baumé, cette facette se développant avec le temps dû à la faible volatilité des matières premières balsamiques. L’association de la facette florale et du fond baumé-cuir donne comme un effet vintage, intensifié par la note animale du styrax et de l’accord Cuir. L’accord Poudre de Cacao s’ajoute à l’effet poussiéreux du patchouli et poudré du styrax.

A la fois citrus-boisé-baumé-cuir, la construction de Woody Mood rappelle les parfums orientaux, et sa fragrance procure une sensation réconfortante.

 

DÉCOUVREZ WOODY MOOD

 

CHAMBRE NOIRE

Il n’y a pas d’autres mots que "délicieux" pour décrire Chambre Noire ! De la tête du parfum ressort la poivrée Baie Rose (Schinus molle), avec son léger côté zesté. Matière première coûteuse, elle se marie bien avec la facette boisée du parfum qu’elle agrémente par son côté floral-épicé. Ce dernier sert de jonction entre la tête et le cœur.

Parfum de fond, Chambre Noire, dévoile vite son cœur avec le Jasmin d’Égypte (Jasminum grandiflorum) à la fois floral et animal, rappelant le thé au jasmin. Le Papyrus (Cyperus scariosus), dont le rhizome odorant est extrait (comme le Vétiver) apporte une facette épicée aux bois du parfum, tout s’accordant avec eux par sa facette terreuse rappelant le Vétiver. S’allie au jasmin l’accord Violette avec son côté floral-poudré et sa petite note fruitée-fraise (personnellement je peine à distinguer la violette parmi les autres MP).

L’Encens (Boswellia carteri) est bien présent, soulignant le caractère boisé sensuel de la fragrance. C’est un encens très balsamique, facette soutenue par l’Absolu Vanille (Vanilla planifolia), elle-même douce et vanillée. Son côté épicé s’accorde à merveille avec la Baie Rose, et le Papyrus, qui possèdent chacun des notes épicées caractéristiques. Arrondi par la Vanille, l’accord Pruneau se veut fruité et liquoreux, et fait écho à la facette fruitée de la Violette.

En fond nous avons le couple de bois Patchouli (Pogostemon cablin) et Santal (Santalum album). La facette fleurs-jaunes du Santal résonne avec le Jasmin (fleur blanche) et sa facette lactonique avec la Vanille et les Muscs. Le Patchouli boisé-terreux quant à lui, et sa note chocolat noir s’associe avec la facette douce de la Vanille pour éveiller nos papilles par le biais de notes gustatives ! L’association de ces deux matières premières boisées à l’Encens accentue sa puissance boisée-résineuse (contrairement à Ombre Indigo où il est plus fumé) et donne presque un effet Oud (Aquilaria malaccensis).

Les Muscs possèdent une facette crémeuse s’accordant au laiteux Santal, ainsi qu’un côté fruité rappelant les fruits rouges, s’associant à l’accord Pruneau du cœur. La Vanille, par son côté épicé, rejoint la tête de Baie Rose, et fait persister les épices en fond. L’accord Cuir offre un fond opulent et envoûtant, dont la facette animale s’accorde avec celle de la Vanille et des Muscs.

Avec Chambre Noire, nous avons un parfum boisé-balsamique, procurant une véritable sensation de chaleur vanillée. Le tout possède des aspects très orientaux aux notes vanillées et évoquant des notes de Oud (aux facettes animale-boisée-ambrée-fumée).x

 

DÉCOUVREZ CHAMBRE NOIRE

 

OMBRE INDIGO

Le parfum Ombre Indigo possède une tête subtile car il est principalement constitué de notes de cœur et de fond. Nous percevons tout de même un petit côté acidulé-hespéridé en départ, donné par le Petitgrain Bigarade (Citrus aurantium) avec sa facette aromatique aux accents de lavande (donné par leur constituant commun l’acétate de linalyle).

Le tout est d’emblée très épicé-encens, caractérisé par des notes de fond. Les facettes prédominantes, qui signe le parfum dès ses premières notes sont les facettes boisée, ambrée, et cuirée. Cependant on n’échappe pas au côté floral-opulent donné par l’Absolu Tubéreuse (Polianthes tuberosa), une Tubéreuse qui se veut entêtante, typique des fleurs blanches, légèrement miellée, et offrant son petit côté singulier rappelant les légumes. La Tubéreuse s’accorde à merveille avec la facette fruitée de l’accord Prune, ainsi qu’avec l’accord Cuir qu’elle agrémente.

L’épicé Safran (Crocus sativus) par son côté fruité se marie à l’accord Prune, qui possède une facette liquoreuse évoquant les liqueurs de fruits. Ce dernier rappelle la base « prunol », à la fois fruitée, lactonique et baumée, qui donne de la complexité à Ombre Indigo (célèbre base utilisée au début des années 1900 pour des notes prune).

On distingue le Vétiver (Vetiveria zizanoïde) par son côté fumé qui accompagne sa facette boisée-mousse principale aux notes terreuses. Le Papyrus (Cyperus scariosus), dont le rhizome odorant est extrait (comme le vétiver) apporte une facette épicée au fond du parfum, tout en s’accordant au Vétiver par leur facettes terreuse et fumée communes. L’accord Cuir possède une facette animale fort prononcée soulignant le fond très Encens.

L’Encens (Boswellia carteri), star du parfum est très résineux, boisé, et omniprésent car senti dès la tête! Il est également ensorcelant par sa facette fumée si prononcée, soulignée par le Vétiver et le Papyrus, eux aussi fumés. L’effet mystique donné par la facette Encens nous transporte dans une « vieille église ».

Le Benjoin (Styrax tonkinensis) apparaît à travers sa facette gourmande aux notes de caramel. Son côté ambré va de pair avec les notes ambrées de la fragrance. Ce dernier, associé aux Muscs, procure profondeur et volume à ce parfum si puissant. L’ensemble est une fragrance boisé-floral-encens, aux aspects fumé et ambré véritablement frappants !

Ombre Indigo est un parfum associant l’opulence d’une fleur de caractère, la tubéreuse, à un accord Prune gourmand, et à un Encens ensorcelant dont les facettes boisée et fumé nous fascinent.

 

DÉCOUVREZ OMBRE INDIGO

 

AUTOPORTRAIT

Dans Autoportrait, on découvre un Encens (Boswellia carterii) apaisant, bercé par des matières premières qui rendent ce parfum si addictif. Dans son départ discret et subtil on distingue la facette zestée de l'essence de Bergamote (Citrus bergamia) et la facette poivrée-fraîche de l'essence d'Elémi (Canarium luzonicum), matière première épicée dont on sent déjà les facettes boisée et résineuse.

La structure d’Autoportrait permet au cœur boisé-balsamique de se dévoiler très vite.

La facette épicée perdure dans le cœur du parfum avec le Benjoin Siam (Styrax tonkinensis), possédant aussi un côté épicé-cinnamique (facette primaire de la cannelle). Quant à la facette gourmande du Benjoin, aux accents de vanille et de caramel, celle-ci nous enveloppe dès le cœur dans un voile doux et chaleureux. C’est aussi l’Encens que l’on ressent, sa facette boisée mise en avant, il se veut résineux et rassurant.

Cet aspect boisé si prononcé dans Autoportrait est souligné dans le fond de la fragrance par le Cèdre (Juniperus virginiana), dans toute sa naturalité avec son côté boisé-sec, et l’élégant Vétiver amenant une note fumée raffinée.

L'Absolu Mousse de Chêne (Evernia prunastri) avec sa facette boisée-mousse et son aspect terreux accompagne le Cèdre et le Vétiver(Chrysopogon zizanoide) tout en donnant une dimension chyprée à la fragrance. Les Muscs veloutés donnent un effet crémeux.

Autoportrait est un parfum élégant, tout en profondeur, véritablement charnel, et au sillage envoûtant.

 

DÉCOUVREZ AUTOPORTRAIT

 

UNE GRANDE FAMILLE DE BURSERACÉES

Comme mentionné précédemment, le genre Boswellia appartient à la famille des Burséracées. Au sein de ce genre composé d'environ 20 espèces, beaucoup produisent la précieuse résine.

Outre Boswellia sacra d'Arabie du Sud (péninsule arabique) et B. seratta d'Inde, deux autres espèces sont couramment utilisées : Boswellia frereana de la Corne de l'Afrique et B. papyrifera d'Érythrée, du Soudan et d'Éthiopie.

En 2019, Boswellia occulta, une nouvelle espèce endémique de Somalie a été découverte après avoir été longtemps confondue avec B. sacra. Elle possède un profil chimique différent, riche en méthoxyalcanes, ainsi qu'une odeur complètement différente. B. frereana, quant à lui, a un parfum moins puissant que B. sacra.

ENCENS-IBLE

Les arbres à Encens sont téméraires pour vivre dans des conditions aussi extrêmes mais ne sont pas insensibles à leur surexploitation. Tout comme leur lointain cousin l'Elémi (article de janvier sur notre blog), une sursollicitation des arbres a de lourdes conséquences sur la prospérité de l'espèce. En effet, des études ont montré que la population diminue car les arbres surexploités génèrent des graines dont 16% germent, contre 80% pour les graines des arbres laissés en paix...

Deux autres facteurs menacent l'avenir de l'encens. Le premier est un insecte appelé le longicorne (Idactus spinipennis) qui attaque les arbres, ce qui est directement lié au manque de temps de repos après l'entaillage des arbres, les rendant plus vulnérables aux dommages causés par le coléoptère. La seconde est la transformation des terres de l'espèce en champs agricoles, réduisant ainsi son habitat.

Un rapport de 2019 prévoit la disparition de 50% du Boswellia papyrifera pour ces mêmes raisons. Cette espèce essentiellement présente au Soudan, en Éthiopie et en Érythrée se développe sur des terres désertiques touchées par les conflits et la pauvreté, où la collecte de la résine apparaît comme l'une des rares sources de revenus de la région.

LE BIEN LE PLUS PRISÉ D'OMAN

Et maintenant, retour aux sources ! À Oman, berceau de tous les Boswellia, l'Encens occupe une place importante dans l'histoire et la culture du pays. Il est apparu dans la région du Dhofar en 6000 avant J.-C., où des conditions extrêmement arides ont remplacé les pluies de mousson ( des vents inversés saisonniers accompagnés de changements correspondants dans les précipitations).

Il n'est pas étonnant que le pays offre probablement le meilleur Encens, puisque les falaises calcaires des montagnes du Dhofar (région sud) lui confèrent les conditions parfaites pour que les arbres s'y développent et prospèrent.

Le Pays de l'Encens du Dhofar, inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 2000, était un lieu stratégique sur la route médiévale de l'encens. Il représente une superficie de pas moins de 850 ha !

Utilisant les mêmes méthodes depuis 5000 ans, les agriculteurs omanais perpétuent les traditions de leurs ancêtres. L'une des règles principales : un arbre à encens ne peut être exploité qu'une fois par an.

La résine, qui est toujours plus populaire que l'huile essentielle, est brûlée pour détendre le corps et l'esprit, et repousser les insectes agaçants. En raison de son puissant parfum boisé et épicé, elle est couramment incorporée dans des bases de Oudh (reproduisant le parfum coûteux de l'Aquilaria malaccensis) ou mélangée dans des sprays aromatiques appelés "attars".

L'ENCENS EN PARFUMERIE MODERNE

L'un des produits des premières origines du parfum, et du fameux "papier d'Arménie", l'Encens était utilisé avant même que la distillation n'existe. Aujourd'hui, il est utilisé dans les fonds des parfums orientaux, avec des notes boisées, cuirées et épicées. 

En raison de son aura et de son odeur magiques, l'Encens est également un ingrédient très apprécié dans la parfumerie de niche.

ESSENCE VS RÉSINOÏDE

Le procédé d'hydrodistillation utilisé permet d'obtenir un liquide brun clair consistant en de l'huile essentielle d'Encens (également appelée essence), tandis qu'un résinoïde d'Encens est obtenu en utilisant la méthode d'extraction par solvant volatile.

L'essence d'Encens a un prix au kilogramme de 150€ en moyenne. Son résinoïde, est moins cher et coûte environ 50€ par kilogramme. 

Heureusement, le résinoïde n'est pas réglementé par l'IFRA (International Fragrance Association), bien qu'il contienne certains allergènes en très petites quantités (D-limonène). L'essence n'a pas bénéficié de cet avantage puisque sa teneur en thuyone (alpha et bêta) la fait réglementer par le même organisme...

IDENTIQUES MAIS DIFFÉRENTS !

Si l'essence et le résinoïde appartiennent tous deux à la famille olfactive balsamique et partagent leurs principales facettes terpénique, résineuse et boisée, la première est plutôt considérée comme une note de cœur/fond alors que la seconde est une note de cœur

Le résinoïde est plus utilisé que l'essence en raison de son parfum plus rond, plus chaud, plus résineux et balsamique. L'huile essentielle possède un profil olfactif plus épicé et frais. Quant à leur utilisation dans les parfums, cette dernière est appréciée dans les notes florales ainsi que dans les notes boisées, conifères et épicées, tandis que le résinoïde est préféré pour ajouter une touche naturelle aux notes boisées et conifères, ainsi que dans la formulation de parfums ambrés.

LA CHIMIE DE L'ARBRE...

L'Encens est une gomme-résine, ce qui signifie que la gomme est l'un de ses principaux composants. La partie gomme est inodore mais représente 30 à 36% de la composition chimique. La résine acide représente environ 6% du contenu avec les acides boswelliques qui peuvent représenter jusqu'à 30% du pourcentage total des molécules, c'est le cas de B. serrata.

Parmi toutes les espèces de Boswellia, seules B. sacra, B.serrata et B. papyrifera contiennent des quantités significatives d'acide boswellique. On considère également que seul le résinoïde contient des quantités significatives de ce dernier.

En termes de molécules aromatiques, l'Encens est principalement composé de terpènes et de phénols. L'huile essentielle contient environ 45% d'alpha pinène, 9% de limonène, 6% de sabinène, 5% de para-cymène, 4% d'alpha-phellandrène et 0,5% de cembrenol. Malgré sa présence en faible proportion, cette dernière molécule est ce que l'on appelle un "traceur" car elle agit comme un marqueur d'Encens puisqu'elle ne se trouve que dans cette matière première. Le résinoïde, quant à lui, a une composition chimique similaire mais plus complexe.

...ET PARMI LES ESPÈCES

Vous vous souvenez des six espèces de Boswellia que nous avons mentionnées précédemment ? Eh bien, elles peuvent être classées en deux groupes en fonction de leur profil chimique ! Tout d'abord, nous avons le groupe de l'acétate d'incensyle composé de B.sacra, B.frereana et B. serrata, puis nous avons le groupe de l'acétate d'octyle composé de B. papyrifera dont l'analyse chimique montre environ 50% du dernier composé.

QUELQUES ENCENS D'EXCEPTION

Il existe également un encens "spécialité" couramment utilisé, appelé Olibanum cœur. Les matières premières de spécialité diffèrent par leur composition chimique, mettant en valeur telle ou telle facette de l'ingrédient. Dans le cas de l'Olibanum cœur, celui-ci met en avant les notes de cœur de l'Encens.

Un autre type d'Encens intéressant en parfumerie est l'Encens Vieille Église, qui est un encens pyrogéné. Vous vous demandez probablement : " Pyrogéné " ? Cela signifie qu'il a été produit par combustion ou par application de chaleur, car pour ce type d'Encens, le bois est d'abord brûlé avant d'être extrait.

ΕNCENS-ATIONNEL

L'essence d'Encens possède une longue liste de propriétés pour la santé, et l'humanité le sait depuis un bon moment. Elle est à la fois anti-inflammatoire, et agit comme un agent digestif, diurétique, expectorant, antiseptique, désinfectant et astringent. De plus, il est recommandé pour renforcer le système immunitaire, combattre la fatigue et traiter l'anxiété ainsi que la tension.

RECENSER L'ENCENS DANS LES PARFUMS

Ce survol de l'Encens en tant qu'ingrédient de parfumerie ne serait pas complet sans mentionner les délicieuses fragrances qui ont fait confiance à son odeur mystérieuse !

Lorsque nos sens rencontrent l'Encens, nous sommes presque mus par une puissance supérieure ou une présence voluptueuse. Tout ce que cette merveilleuse matière première implique, depuis son histoire à travers les âges, son omniprésence dans le monde ancien et contemporain, en fait un ingrédient tout à fait exceptionnel pour l'humanité.

En 2004, Armani privé a lancé Bois d'encens, un parfum boisé-épicé dont la composition est simple et pleine d'élégance, puisque seuls cinq ingrédients ont été utilisés. L'Encens sombre est relevé par le Vétiver fumé et les notes épicées du Poivre et des Baies roses subtiles.

Parmi les parfums de niche, il y a au moins deux adeptes de l'Encens que vous devriez présenter à votre nez ! Encens Flamboyant d'Annick Goutal a été créé en 2007 par Camille Goutal et Isabelle Doyen. C'est un parfum boisé-épicé pour femme et pour homme contenant des notes fraîches de Baies roses, épicées de Poivre, de Cardamome et de Noix de Muscade, et résineuses d'Encens et de Fir Balsam.

La Religieuse de Serge Lutens est un parfum composé par le parfumeur Christopher Sheldrake. Lancé en 2015, sa structure contrastée de Jasmin lumineux équilibré par des notes ténébreuses d'Encens, de Muscs et de Civette est un must floral ambré !

Les fabuleux classiques orientaux Shalimar de Guerlain (1925) et Opium d'Yves Saint Laurent (1977) présentent tous deux l'Encens dans toute sa splendeur. Néanmoins, la nouvelle version d'Opium (2009) n'est plus commercialisée comme contenant de l'Encens !

Avec un parfum aussi énigmatique et puissant, l'Encens est plein de profondeur et révèle à tout moment des facettes distinctes, épicées, camphrées, fraîches, boisées et balsamiques ! Ce joyau millénaire d'Afrique de l'Est nous hypnotisera éternellement...

Anna Grézaud-Tostain pour Olfactive Studio